© Yvon Boëlle

Mobilité touristique

Dans un contexte socio-économique en mouvement où les préoccupations environnementales et éthiques sont au cœur des débats, la montée en puissance du développement durable impacte les politiques de la région en matière de transport et de tourisme.

L’émergence de nouveaux comportements amène les acteurs territoriaux à inventer de nouvelles formes de mobilité où les transports moins polluants trouvent pleinement leur place et tout particulièrement les transports collectifs. L’intermodalité devient dès lors un paramètre essentiel à l’organisation de son voyage.

Les Véloroutes et voies vertes, apogée d’un tourisme lent et convivial, peu polluant et bénéfique pour la santé, ont servi dernièrement de laboratoire d’expérimentation en rassemblant autour d’une même table acteurs du tourisme et du transport de niveau régional et départemental et la SNCF.

Un plan d’action en faveur de l’éco mobilité devrait voir le jour sur les axe Rennes – Saint-Malo (voie 2) et Nantes – Roscoff (eurovélo 2).

Mais d’ores et déjà, des actions concrètes existent sur des sites patrimoniaux sensibles menacés par une sur-fréquentation :

  • « La ligne Baie» développée par la région Bretagne et Basse-Normandie sur le site emblématique de la baie du Mont Saint Michel qui reçoit chaque année plus de 3 millions de visiteurs.
  • « Le tire Bouchon», train touristique qui combine train + vélo et permet de desservir toute la Presqu’île de Quiberon.

L’intégration des besoins touristiques dans le Système d’Information multimodal (SIM) régional piloté par le Service Transports Terrestres du Conseil régional, et auquel collabore le CRT, conforte et complète favorablement ces actions : par un meilleur accès à l’information pour l’usager, cette démarche encourage l’usage des transports collectifs et rend plus lisible pour l’usager l’offre sur l’ensemble du territoire breton.