Propice aux déplacements touristiques avec les vacances scolaires de la zone B sur ce mois, les ponts et week-end prolongés, le mois de mai 2018 s’annonce prometteur pour le tourisme breton. La Bretagne reste en tête des destinations plébiscitées par les Français et les derniers chiffres sont encourageants avec 40% d’intentions de départ des Français, dont 21% en Bretagne.

40% des Français ont l’intention de partir en week-ends ou vacances au cours du mois de mai, en France ou à l’étranger. Envisagée par 21% des partants, la Bretagne est au premier rang des régions françaises pour les intentions de départ ce mois-ci. A ce jour, 13% des Français n’ont pas encore pris leur décision. Ils restent indécis quant à leur intention de départ et à leur lieu de séjour. Cela présage quelques séjours de dernière minute si, bien sûr, les conditions météo sont favorables.

40% des Français ont l’intention de partir au cours du mois de mai

Note de lecture : 21% des partants ont l’intention de séjourner en Bretagne en week-end, court ou long séjour au cours du mois de mai (contre 18% l’an passé).

Combien de temps et quand les Français vont-ils partir en vacances ?

A cette période de l’année, parmi les Français ayant l’intention de partir, 40% réaliseront au moins un week-end et un tiers au moins un court séjour. Un chiffre en baisse par rapport à l’an passé au profit des longs séjours (39% en mai 2018 contre 33% en mai 2017). Sans surprise, cumulé aux vacances de printemps pour certains (zone B), les déplacements touristiques vont être privilégiés la semaine du 8 mai et de l’Ascension (35% des partants). A noter, plus d’un tiers des partants multiplieront les week-ends mais n’effectueront aucun court ou long séjour.

Note de lecture : 44% des partants ont l’intention de réaliser un week-end au cours du mois de mai (contre 55% l’an passé).

Quels Français envisagent de partir au cours du mois de mai et où ?

Principaux bassins émetteurs pour la Bretagne, 49% des Parisiens et 40% des habitants du Nord-Ouest ont l’intention de partir au cours du mois de mai (respectivement 45% et 29% en mai 2017). A noter ici, l’impact des vacances de printemps et des multiples week-ends prolongés et ponts sur les déplacements touristiques de ces clientèles.

Note de lecture : 49% des Parisiens ont l’intention de séjourner en week-end, court ou long séjour au cours du mois de mai.

Les régions touristiques seront une nouvelle fois privilégiées. En famille mais aussi en couple, 70% des séjours seront réalisés en hébergement marchand, en hausse par rapport à l’an passé (64% des séjours en 2017). En France, l’hôtel arrive en tête devant les gîtes et location meublées (respectivement 30% et 15% des séjours). A l’étranger, l’hôtel reste le principal mode d’hébergement (61% des séjours). Si nous nous focalisons sur les séjours prévus en France, les séjours en hôtel (30%) arrivent devant l’hébergement dans la famille ou chez les amis (21%), ce qui inverse la tendance habituelle.

Et les non-partants ?

47% des Français n’ont pas prévu de partir au cours du mois de mai, ce qui s’explique principalement par le manque de moyens financiers (44% des non partants). Cependant, un quart des Français ne part pas en mai en raison de congés prévus à une autre période l’année et 15% car ils n’en éprouvent pas le besoin.

Et pour cet été ?

L’été approche et les départs pour les congés d’été se préparent. A ce jour, environ 2/3 des Français ont programmé leurs départs en France ou à l’étranger. Il reste une part non négligeable d’indécis, soit sur un éventuel départ (11% ne savent pas s’ils partiront) soit sur le lieu de séjour (16% partiront mais n’ont pas encore défini leur lieu de séjour). Une chose est sûre, la Bretagne devrait attirer au moins 5% des Français ayant l’intention de partir en vacances.

Note de lecture : 5% des Français ont l’intention de partir en vacances en Bretagne cet été.

Source : Enquête en ligne réalisée du 20 au 23 avril 2018 auprès d’un échantillon de 1 000 Français représentatifs de la population française en termes de sexe, âge et région d’origine.