Après un printemps en demi-teinte avec une reprise dynamique dès la levée des restrictions de déplacement, mais toujours inférieure à la fréquentation habituellement constatée à cette période, les professionnels du tourisme bretons sont prêts à accueillir les visiteurs. Beaucoup d’échos positifs laissent à penser que la Bretagne sera plébiscitée cette année. Mais qu’en est-il réellement ?

Les premiers résultats de l’enquête conduite par le CRT Bretagne en partenariat avec ADN Tourisme et les 12 autres CRT métropolitains révèlent que 61 % des Français ont l’intention de partir en vacances et / ou week-end cet été. Une bonne nouvelle, car ils n’étaient que 50 % à le déclarer l’an passé à la même époque.

 

Des réservations toujours très tardives

Et parmi ceux-ci, 10 % prévoient d’ores et déjà de séjourner en Bretagne. C’est un tout petit peu plus que l’an passé (9 %). Franciliens, Bretons et Ligériens devraient constituer les principales clientèles touristiques de la région, mais devraient être proportionnellement moins nombreux que l’an passé, avec une présence plus marquée des touristes en provenance des Hauts-de-France et de Provence-Alpes-Côte-D’azur notamment.

La prudence reste cependant toujours de mise cette année. Les réservations de dernière minute seront nombreuses, peut-être plus encore qu’ailleurs en France. En effet, si 41 % des Français ont réservé leurs séjours, ils ne sont que 37 % à l’avoir fait pour un séjour en Bretagne. A noter également, la vigilance toute particulière accordée au respect des gestes barrières, aux garanties d’hygiène et aux conditions d’annulation.

 

La campagne bretonne de plus en plus attractive

Le littoral reste, surtout à cette période de l’année, l’espace de séjour privilégié pour les séjours en Bretagne (66 %). L’attractivité de la campagne progresse toutefois fortement puisque 22 % des Français ayant prévu de séjourner en Bretagne opteront pour une destination rurale. C’est 5 points de plus que l’an passé.

Les destinations urbaines retrouvent également un peu de couleurs. 6 % des séjours en Bretagne pourraient être réalisés en ville (1 % en 2020). Plus précisément, les destinations Bretagne Sud-Golfe du Morbihan, Quimper-Cornouaille et Saint-Malo-Baie du Mont-Saint-Michel concentrent à elles trois 56 % des intentions de séjour dans la région. Les touristes viendront majoritairement en voiture (83 %) et séjourneront chez la famille, des amis (24 %), dans un hébergement locatif (24 %) ou encore au camping (20 % contre 14 % en moyenne au niveau national).

 

Des vacances toujours impactées par la pandémie 

Les vacances 2021 auront encore demandé un certain nombre d’adaptations. 50 % des Français ayant prévu de séjourner en Bretagne déclarent que leurs vacances 2021 ne seront pas les même que celles qu’ils ont l’habitude de vivre (+ 5 pts / 2020) : destinations françaises, de proximité et nature davantage plébiscitées ; vigilance sur les démarches sanitaires mises en œuvre ; hébergement locatif privilégié ; attractivité renforcée pour les séjours itinérants à vélo ou en randonnée pédestre… Quant à la sensibilité au développement durable, elle continue sa progression. 35 % des Français ayant prévu de séjourner en Bretagne opteront plus fréquemment pour des hébergements engagés dans des démarches de développement durable (+5 pts / 2020), 44 % consommeront davantage de produits locaux (+4 pts /2020) et 36 % éviteront les voyages à l’étranger.

Précisons également que, si les clientèles étrangères risquent, cette année encore, de faire défaut, l’activité touristique pourra être complétée par l’excursionniste des bretons. 72 % d’entre eux ont en effet prévu de réaliser davantage de balades, visites de sites, ou encore excursions dans la région (+ 7 points par rapport à l’an passé). Ils plébisciteront les grands espaces, les parcs et jardins, les itinéraires de randonnée pédestre et les visites de sites patrimoniaux et historiques.

 

>> Lien de l’étude ici