La crise, liée à la Covid19, a frappé et frappe toujours très durement les professionnels du tourisme ainsi que les réseaux de distribution : agences de voyages, tour operators et agences réceptives.

Après un sondage auprès de ses TO adhérents, l’association Européenne des Tour Operators (ETOA), a maintenu son plan d’action, non plus en présentiel mais sous forme de rendez-vous on line de 10 minutes, afin de répondre aux souhaits de la distribution de pouvoir rencontrer les prestataires. Le City Fair s’est donc déroulé le 22 juillet dernier et le CRT a pu échanger avec une 20 aine de TO. La plupart des rendez-vous était avec des TO Britanniques, très souvent aussi réceptifs pour des TO Américains.

Constat : les professionnels ne baissent pas les bras même si nombreux sont à penser que le tourisme ne repartira pas avant 2022 ! Bien au contraire, ils sont en pleine réflexion pour adapter, voire modifier totalement leurs programmations, au regard de l’évolution des attentes de la clientèle.

La sélection des équipements sera certainement plus drastique par les TO qui seront encore plus exigeants.
5 mots clés pour la programmation 2021 : sécurité, respect des protocoles sanitaires, environnement protégé, expériences locales et activités outdoor.

Il faut pouvoir rassurer les clients ! Certains pourraient être amenés à avoir un correspondant dans les régions afin d’être au plus proche de leurs clients. A suivre.

Quel sera le tourisme de demain ? Que vont rechercher les clients en cette période si trouble ?

  • Le tourisme de groupe, pendant cette crise et donc pour 2021, devrait laisser la place à des voyages pour petits groupes –de 20 à 15 pax maximum- mais avec le souhait de personnaliser les séjours, de prendre le temps de visiter et sous un format beaucoup plus expérientiel. Les TO sont donc à l’affût de suggestions d’itinéraires, de thématiques et de nouveautés pour sortir du classicisme.
  • Le tourisme individuel va continuer à se renforcer. Les autotours, avec changement d’établissement régulier, devraient s’orienter vers des séjours plus longs dans un même établissement, qui permettent de découvrir différemment les destinations et de profiter des activités outdoor (rando, excursion en bateau …) sans oublier la gastronomie bretonne.
  • A noter également, une nouveauté sous l’influence de la mise en place du télétravail : des recherches de locations très bien équipées, pour une utilisation exclusivement hors saison, avec l’assurance d’un très bon équipement wifi.
  • Et bien entendu, les séjours autour de la randonnée ont plus que jamais le vent en poupe, en collaboration avec les agences réceptives bretonnes spécialisées sur cette thématique.

Le slow tourisme serait il en marche pour 2021 ?